Recherche
Archives
Informations
64 visites ce jour / 15573 - adresse IP : 54.166.242.76 - système : - navigateur :
Téléchargements

Archive pour juin 2009

Le boitier IP-Watcher vous alerte des pertes d’équipements IP de votre réseau industrielIl existe bien des variantes logicielles à cet outil, mais c’est la première fois que j’en trouve un sous forme physique.

En fait, ce boitier surveille une série d’équipements en faisant des ping réguliers. En cas de perte de réponse, une alarme est générée par : contact sec, trap SNMP, email, syslog, message TCP ou UDP  ou envoi FTP.

Administrable via le web et au format industriel donc rail DIN avec 2 entrées TOR et 2 sorties TOR.

Une alternative pour une surveillance “bon marché” d’un site distant ?

The new "IP Watcher" from Wiesemann & Theis GmbH provides continuous monitoring of network components and sends an alarm as soon as devices are no longer responding.

Network stations are cyclically "pinged" by their IP addresses stored in the IP Watcher. If there is no reply to a request, an alarm is triggered. This takes place either by switching actuators or sending a message over the network (e-mail, SNMP trap, Syslog message, FTP upload, TCP or UDP client message).

The device is housed in a compact DIN rail mount enclosure containing a Web server and space for two digital inputs and two digital outputs.If the IP Watcher is incorporated into a network, Web pages provided by the internal Web server are used to carry out the device and alarm configuration. The device can be fully operated from any desired browser without installing additional plug-ins.
www.WuT.de

Lire l’article sur : The Industrial Ethernet Book…

Passerelle Modbus série/Ethernet chez B&B ElectronicsB&B Electronics sort une passerelle Modbus série/Ethernet permettant une intégration des anciens équipements séries Modbus avec les versions Ethernet qui utilisent le protocole Modbus-TCP et facilitant donc les étapes de migration.

Des versions cuivres et fibres optiques sont disponibles en boitier industriel (rail-din et alimentation en 12, 24, 48V).

Do you need a quick and easy solution to integrate older Modbus serial equipment with your Modbus/TCP network?

B&B Electronics announces their new Vlinx™ Industrial Modbus Ethernet-to-Serial Gateways. MESR series gateways are a costeffective way to connect serial Modbus ASCII/RTU devices with Modbus/TCP Ethernet as well as solve many other real-world Modbus problems such as converting ASCII to RTU, remapping conflicting Modbus ID’s or connecting two Modbus devices hardwired with different baud rates. With zero-tolerance for unexpected downtime on today’s factory floor, these Modbus gateways, designed and built by B&B Electronics, offer peace-of-mind for plant operation managers around the world.

Vlinx Modbus Gateways boast an extensive line-up of Ethernet port configurations – from standard RJ-45 copper to almost any fiber optic option. Versions are available with an additional Ethernet port that functions much like an Ethernet switch, allowing pass-through connectivity for other Ethernet devices. The port can also be used to “daisy chain” multiple gateways.

Serial ports can be accessed over a LAN/WAN using Direct IP Mode connections. Serial data rates up to 230 kbps ensure maximum network flexibility. Easy to use software supports Modbus messaging priority control and management via multiple TCP/IP client sessions. Rugged MESR gateways feature a slim IP30 DIN mount case, pluggable terminal blocks, and 10-58 VDC operation.

For more information about B&B Electronics Manufacturing Co. Inc., visit B&B Electronics’ website at http://www.bb-europe.com or phone + 353-91-792444. Designing and manufacturing rugged and reliable products for over 27 years, B&B Electronics provides total solutions for industrial automation and device networking.

Lire l’article sur : Direct Industry …

Mots clés Technorati : ,,,,,

Louis Pouzin - inventeur du concept de datagrammes utilisés dans TCP/IP

Internet va évoluer vers une fédération de réseaux sécurisés où il faudra montrer patte blanche, selon Louis Pouzin – l’un des précurseurs à l’origine d’internet – interviewé par la rédaction de notre confrère CIO-online.com lors des Assises des TIC 2009.

Le nom de Louis Pouzin ne dit pas forcément grand chose aux jeunes usagers d’Internet. Mais cet homme, à l’origine des travaux sur les échanges efficaces de paquets sur les réseaux, a rendu possible le protocole TCP/IP et l’Internet.
Cela ne l’empêche nullement, bien au contraire, de souligner les faiblesses propres à l’architecture actuelle, entièrement entre les seules mains des Etats-Unis ou presque. « Internet est un réseau expérimental depuis plus de trente ans et il l’est resté » juge-t-il. Et il ébauche l’architecture du futur Internet telle qu’elle peut être déjà prévue.
La rédaction de notre confrère CIO-online.com l’a interviewé lors de la plénière du soir du premier jour des Assises des TIC 2009 qui se sont déroulées à Marseille du 24 au 25 juin 2009.
Afin de présenter l’objet de ses travaux, il faut se souvenir qu’il existe deux façons de transporter une information que l’on pourrait qualifier de « méthode du coursier » et de « méthode du postier ». Dans le premier cas, l’ensemble des informations suit une voie définie entre un émetteur et un récepteur. Cette architecture est sûre quand elle marche mais fragile face à des agressions sur les infrastructures ou des pannes techniques. Elle se révèle surtout vite coûteuse puisque les moyens matériels doivent être multipliés.
Le deuxième choix est conceptuellement plus complexe mais se révèle plus rentable : tous les paquets d’informations issus d’un nombre indéfini d’émetteurs à destination d’un nombre autant indéfini de destinataires peuvent utiliser une infrastructure complexe à chemins multiples, choisis au hasard parmi des possibles. Si malgré tout un paquet se perd, le destinataire en demande la réémission à l’émetteur par le même mécanisme. Internet repose sur ce second choix.
Cyclades, la réponse française à l’Arpanet Américain

Lire la suite de cette entrée »

achatenligne Avant l’achat, bien protéger son ordinateur
Premier réflexe, protéger son ordinateur avec un système comprenant antivirus, antispywares, antispam ainsi qu’un pare-feu. Toutes ces protections ne s’avèrent véritablement efficaces que lorsqu’elles sont régulièrement mises à jour. Plusieurs outils, gratuits ou payants, permettent également de protéger son navigateur Internet. Quelques suites de sécurité fiables : ZoneAlarm Internet Sécurité Suite de Check Point, Norton 360 de Symantec, Kaspersky Internet Security ou encore Total Protection de McAfee.
Sur quels sites acheter ?
Les experts en sécurité recommandent de n’effectuer des achats que sur les sites qui communiquent leurs coordonnées complètes et vérifiables. Il faut toujours s’assurer que le site affiche de manière claire un numéro de téléphone ou une adresse e-mail afin de pouvoir le contacter en cas de problème. Au moment de saisir leurs coordonnées bancaires (numéro de carte de crédit, etc.), les internautes doivent également vérifier la présence du certificat SSL du site, ainsi que celle du petit cadenas sur la fenêtre du navigateur. Ces deux éléments sont garants d’un site marchand sécurisé.

Après l’achat
La boutique en ligne se doit d’envoyer un e-mail récapitulatif de la commande juste après le paiement. A vérifier donc : le montant prélevé et les détails de la commande (adresse de livraison, etc.). L’internaute veillera à ne pas laisser ses coordonnées personnelles et bancaires sur le site. Il est conseillé, une fois la transaction confirmée, de fermer la fenêtre dans laquelle le numéro de carte bancaire a été saisi, puis de supprimer les fichiers concernés dans l’historique de navigation.
Halte au phishing
En période de Noël, les tentatives de phishing sont nombreuses sur la Toile. Les internautes doivent redoubler de vigilance et veiller à ne jamais répondre à des messages non sollicitées. Attention aussi à ne jamais cliquer sur des liens reçus par e-mail et évoquant une transaction financière.

Lire l’article complet sur : Reseaux-Telecoms.net…

Mots clés Technorati : ,,

cpl Belkin sort un boitier CPL gigabit pour faire de la transmission HD en utilisant le réseau électrique de la maison. Attention, Belkin précise bien que le débit de 1 Gb/s est un débit théorique et qu’il dépend du réseau, des interférences et de la distance entre les émetteurs.

Compatibilité :  IEEE 802.3/802.3u/802.3a, HomePlug® AV-certified, Coexistence with HomePlug 1.0

Bon, pour de la transmission HD, nul besoin de ce produit. Un boitier 200 Mbit/s voir 85 Mb/s est suffisant pour transmettre un flux divx de 8 Mb/s. Mais, pour suppléer le câblage RJ45 difficile à mettre en œuvre, cela peut être une très bonne solution à un débit qui permet la mise en place de serveurs et de plusieurs PC connectés en simultané.

Reste à voir le débit réel d’un tel boitier !

Arrivée prévue pour août 2009 et déjà vendu outre atlantique à un prix de 149$ (mais déjà plus en stock)

Create an ultrafast HD entertainment network through your home’s electrical wiring*
Imagine reliably sending HD movies from the Internet directly to your home theater system through just the wires already in your home. No need for special wiring. With Belkin’s Gigabit Powerline HD starter kit, it is that simple. Connect one Adapter to an existing home router and then simply plug it into the wall outlet. Then plug a second Adapter into an available wall outlet and connect the other end to computers, gaming consoles or home theater system

voir la fiche produit sur : Belkin…

ipv6 En recherchant des informations sur IPv6, je viens de tomber sur une perle : une véritable bible sur TCP/IP incluant bien entendu plein d’informations sur IPv6 et donc forcément très utile en ces temps où se posent plein de questions sur le sujet 😉

TCP/IP Fundamentals for Microsoft Windows
Chapitre 1  : Introduction à TCP/IP
Chapitre 2  : Vue d’ensemble de l’architecture de la suite de protocoles TCP/IP
Chapitre 3  : L’adressage IP
Chapitre 4  : Le sous-adressage, la segmentation
Chapitre 5  : Le routage IP
Chapitre 6  : DHCP
Chapitre 7  : La résolution de noms d’hôtes
Chapitre 8  : Vue d’ensemble du DNS
Chapitre 9  : Le support de DNS dans Windows
Chapitre 10 : TCP/IP de bout en bout
Chapitre 11 : NetBIOS sur TCP/IP
Chapitre 12 : Vue d’ensemble de WINS
Chapitre 13 : IPsec et le filtrage de paquets
Chapitre 14 : Les réseaux privés virtuels (VPN)
Chapitre 15 : Technologies de transition IPv6
Chapitre 16 : Dépannage TCP/IP

Un document qui fait 560 pages… de quoi s’informer pendant les vacances à venir

Par ailleurs, on parcourera aussi avec intérêt l’article sur IPv6 de ce site pour obtenir plus d’information sur la transition IPv4 / IPv6

Télécharger le PDF (Anglais) : TCP/IP Fundamentals for Microsoft Windows…

Lire l’article complet sur : Stanislas Quastana’s Blog…

hadopi

24 juillet 2009 : les députés ont voté tous les articles

L’Assemblée a eu à discuter de 894 amendements, dont une grande partie présentée par l’opposition. En fin de compte, le texte n’est pas dénaturé, il est surtout aménagé. Parmi les mesures essentielles, on retiendra le fait que les communications électroniques (donc les courriels), ne pourront pas être surveillées. La coupure de l’accès à Internet pourra intervenir dans deux cas : soit parce qu’il y a eu récidive en matière de téléchargement illégal, soit parce que la connexion à Internet n’a pas été sécurisée après un premier message d’avertissement de la Hadopi.

Les débats ont également validé le mécanisme de l’ordonnance pénale. L’internaute mis en cause pourra être sanctionné au cours d’une procédure rapide avec un juge unique, sans qu’il soit présent et sans contradiction. Il écopera dans ce cas d’une amende mais pourra toujours demander une procédure classique.

Le texte étant néanmoins différent de celui voté par le Sénat, il va falloir ensuite passer par une commission mixte paritaire (CMP), qui harmonisera les deux versions. Avant, peut-être, plus tard, un passage par le Conseil constitutonnel si l’opposition remet ça… Elle a déjà promis de le faire.

Lire l’article d’origine sur : 01 net…

21 juillet 2009 : report d’Hadopi 2 en septembre pour signature

21 juillet 2009 : une filiale de la poste chargée d’alerter les contrevenants

C’est Extelia, une filiale de La Poste, qui a été retenu par le Ministère de la Culture pour identifier et alerter les internautes ayant téléchargé illégalement, selon une information dévoilée le 21 juillet par Les Echos.Un prototype sera mis en place dès l’automne.

Ce prototype, qui fonctionnera à l’automne pour une durée de "dix à douze mois", sera alerté par les ayants droits si ces derniers constatent une infraction sur la Toile. Extelia devra ensuite identifier les internautes fautifs grâce aux adresses Internet (ou adresses IP) fournies par les fournisseurs d’accès, puis leur envoyer un premier e-mail d’avertissement, et, en cas de récidive, une lettre recommandée.

Selon Les Echos, Extelia traitera de façon semi-automatisée un millier d’e-mails d’avertissements par jour en phase de démarrage, soit 10% du volume total que devrait atteindre à terme la Haute autorité administrative (Hadopi). C’est cette dernière qui financera le dispositif d’identification et d’alerte des pirates.
Le ministère de la Culture réfléchit par ailleurs à faire certifier ces envois de messages par des procès-verbaux d’huissier de justice, ajoute le quotidien économique.

La loi contre le téléchargement illégal, récemment retoquée et désormais surnommée Hadopi 2, doit retourner dès ce mardi 21 juillet devant l’Assemblée nationale. La première version du texte avait vu son volet répressif censuré par le Conseil constitutionnel le 10 juin dernier. Les sages du Conseil avaient en effet estimé que la coupure d’un abonnement Internet ne pouvait pas incomber à un organisme administratif (l’Hadopi), mais à la justice.

Elle fait déjà l’objet d’attaque ciblé par injection de code sur son site car ce dernier site contient des failles, permettant à des internautes d’injecter du code dans ses pages Web.

25 juin 2009 : Hadopi 2 – une loi encore plus dure ?

Un projet de décret d’application de Hadopi 2 aurait été soumis au Conseil d’Etat en début de semaine selon La Tribune. En plus de la déconnexion, qui devra être prononcée par un juge et non plus par l’Hadopi, comme le cadre le « texte bis », le gouvernement envisage d’après le quotidien économique des amendes de 5e catégorie, allant jusqu’à 1 500 euros (3 000 euros en cas de récidive).

Ces amendes, jusqu’ici catégoriquement écartées par Christine Albanel, concerneraient l’internaute qui, après réception de courriels d’avertissement, continuera de se livrer à du téléchargement illégal ou aura « laissé par négligence, au moyen de son accès Internet, un tiers commettre une contrefaçon ». Une mention qui renvoie à l’obligation de surveillance de la ligne prévue par la loi initiale et permet donc l’envoi d’amende à un internaute, même si la culpabilité de ce dernier n’est pas avérée.

Traitement de masse

Le gouvernement semble donc avoir trouvé une solution pratique – et qui évacue les contraintes techniques – pour traiter en masse les infractions. On se retrouve ici dans le cas des infractions de la route, où c’est le propriétaire du véhicule qui reçoit la contravention.

Est-ce de la présomption de culpabilité ? Oui, clairement, mais le Conseil constitutionnel avait laissé ouverte cette possibilité dans sa décision du 10 juin dernier : « Il en résulte qu’en principe le législateur ne saurait instituer de présomption de culpabilité en matière répressive ; que, toutefois, à titre exceptionnel, de telles présomptions peuvent être établies, notamment en matière contraventionnelle », sous certaines conditions (droit de contestation, respect des droits de la défense…)

Une riposte graduée à trois détentes

En clair : le Conseil dit non à la présomption de culpabilité pour déconnecter un internaute, mais oui s’il s’agit de simples contraventions. En revanche, la déconnexion ne pourrait être prononcée que par un juge après des faits de piratage avérés et donc une enquête.

On s’oriente donc vers un régime de sanction à trois détentes : des courriels d’avertissement, des amendes et la déconnexion. La riposte graduée a changé de nature et s’en trouve durcie.

Le texte de loi complémentaire Hadopi 2 devrait être présenté aujourd’hui en Conseil des ministres. L’occasion pour Frédéric Mitterrand, qui succède officiellement à Christine Albanel d’étrenner ses habits de ministre de la Culture. Il n’aura pas le droit à un tour de chauffe, certains opposants comme la Ligue Odebi lui promettant déjà un « enfer médiatique » s’il continue le travail mené jusqu’ici dans ce dossier

Lire l’article complet sur : 01net…

12 juin 2009

la loi Hadopi a été promulguée et publiée samedi au «Journal Officiel». La volonté de la ministre de la Culture «d’aller vite» reste donc intacte. Qu’importe les censures émises par le Conseil Constitutionnel, Christine Albanel veut respecter son calendrier et envoyer les premiers mails d’avertissement «dès cet automne» !
Comme prévu toujours, la loi a été inscrite sans les articles jugés inconstitutionnels par les Sages du Conseil. Pour pouvoir attribuer le pouvoir de sanction à la justice, un nouveau texte sera présenté rapidement en Conseil des ministres, sans doute le 24 juin prochain. Le texte sera ensuite soumis au Parlement dès début juillet, et on espère au ministère de la Culture, qu’il sera examiné en un jour seulement…

Aujourd’hui, le site PCInpact relève deux points intéressants dans la réponse du Conseil Constitutionnel… D’abord, pour témoigner de sa bonne foi et faire savoir à l’Hadopi que nous ne sommes pas responsables de tel ou tel téléchargement, une simple attestation sur l’honneur suffirait !

Ensuite, concernant le logiciel de sécurisation, une simple preuve d’achat du logiciel suffirait également à prouver sa bonne foi !
Voilà de quoi remettre en question tout le système de riposte graduée. Ou quand HADOPI rime de plus en plus avec DADVSI… et oubli…

Source : la newsletter de www.aduf.org et PCInpact.com

10 juin 2009 : Hadopi vidé de sa substance par le Conseil constitutionnel

C’est un coup de tonnerre qui vient de la rue de Valois. Le Conseil constitutionnel vient de censurer la principale disposition de la loi Création et Internet, dite Hadopi.

Saisis par les députés de l’opposition, les Sages ont assimilé l’accès à Internet à la liberté de communication et d’expression, partageant ainsi la position adoptée à plusieurs reprises par les eurodéputés – notamment avec l’amendement 138. En conséquence, le juge suprême considère que la loi dont il est saisi, en ce qu’elle permet à un juge administratif de prononcer la suspension de l’abonnement à Internet – donc de restreindre l’exercice d’une liberté fondamentale -, n’est pas conforme à la Constitution.
Le gardien de la Loi fondamentale relève également que le texte dont il était saisi comporte des éléments violant le principe de la présomption d’innocence, remplacée par une présomption de culpabilité. Cet argument de longue date des opposants à la loi présentée par la ministre de la Culture s’appuie sur le fait que « seul le titulaire du contrat d’abonnement à Internet pouvait faire l’objet des sanctions [prononcées par l’Hadopi], explique le Conseil constitutionnel. Pour s’exonérer, il lui incombait de produire des éléments de nature à établir que l’atteinte posée au droit d’auteur procède de la faute d’un tiers. »

De cette analyse découle la censure, par le Conseil, de « toutes les dispositions relatives au pouvoir de sanction de la commission de protection des droits de l’Hadopi ». En clair, la Haute autorité ne pourra qu’envoyer des avertissements aux internautes s’adonnant à des téléchargements illicites.

En aucun cas, en revanche, elle ne sera autorisée à prononcer des sanctions. En d’autres termes, la loi Création et Internet se trouve vidée de tous ses éléments les plus importants et ne constitue plus la moindre arme dans la lutte contre le téléchargement. Aucun recours contre une décision du Conseil constitutionnel n’étant possible, la loi Hadopi peut donc désormais être considérée comme mort-née.

Cela n’empêche pas Christine Albanel d’afficher une étonnante satisfaction. La ministre « se félicite » en effet que le Conseil ait validé le dispositif de prévention – les messages d’avertissement – mis en place par la loi. En évoquant, sans la citer, la censure des Sages, elle « regrette de ne pouvoir aller jusqu’au bout de la logique de "dépénalisation" du comportement des internautes ». Christine Albanel indique qu’elle proposera prochainement à l’exécutif une nouvelle loi chargée de confier au juge judiciaire « le dernier stade de la réponse graduée ».

Lire l’article sur : Reseaux et Telecoms…

26 mai 2009 : 11 points déposés au Conseil constitutionnel pour savoir si la loi est conforme ou non – Le gouvernement ne chôme pas en attendant et surveillent près de 100 cas de téléchargements illégals par jour.

Une semaine [après le vote définitif de la loi à l’assemblée : NDLR], les opposants à la loi déposaient à travers 11 points, un recours devant le Conseil constitutionnel.
Onze points détaillés ici : http://www.pcinpact.com/actu/news/50966-recours-conseil-constitutionnel-liberte-droit.htm.

Lire la suite de cette entrée »

isa100 Entre le Bluetooth, le ZigBee, le WirelessHART et … le ISA SP-100.11a, la transmission sans fil dans le monde industriel attire toujours plus de constructeurs et … de solutions!

Point marquant, cette solution est native IPv6 (mais est-ce intéressant vraiment en environnement industriel ?), offre une grande fiabilité de transmission ainsi qu’une excellente comptabilité avec les systèmes qui utilisent des protocoles filaires tels que Fieldbus Foundation, HART, Profibus et Modbus.

Une alternative au choix de la transmission sur réseaux Ethernet filaires et sans-fils avec ces protocoles adaptés tel que Fielbdus H1, Profinet, Modbus-TCP, Ethernet/IP… ?

Yokogawa Electric Corporation is promoting efforts to develop the ISA100.11a wireless communication standard for the process automation industry.
Despite many inherent benefits, wireless networks have seen limited use to date in the process automation industry due to the requirement for advanced technologies to ensure high reliability, real-time response, environmental resistance, and explosion-proof protection, and also because of the use of incompatible wireless communication protocols.
Yokogawa is supporting development of the ISA100.11a standard because it has the following benefits:
– It offers high reliability to ensures safe production operations and information security.
– It is based on IPv6 and can accommodate larger networks.
– It offers excellent compatibility with existing instrumented systems that use non-wireless protocols such as FOUNDATION fieldbus, HART, PROFIBUS, and Modbus.
– It is suitable for a wide range of applications, from monitoring to control.
As a member of the ISA100 Standards Committee on Wireless Systems for Automation, Yokogawa will engage in a wide range of activities to promote development of the ISA100.11a international standard. Yokogawa will develop systems products and field devices that comply with this standard, and plans to release them in the first half of the 2010 fiscal year.
www.yokogawa.com

Lire l’article sur : The Ethernet Book…

wimaxIntel va investir 43 millions de dollars dans UQ Communications, un opérateur japonais qui prévoit de lancer le Wimax le plus rapide du monde. L’investissement d’Intel aidera UQ Communications à construire son réseau, qui est actuellement en phase de test à Tokyo. Le service permettra d’atteindre 40 Mbit/s dans le sens descendant (download), et 10 Mbit/s dans le sens montant (upload). Il sera officiellement lancé le 1er Juillet.

Le réseau couvre actuellement Tokyo et les cités voisines de Kawasaki et Yokohama. Il sera étendu cette année pour couvrir de nouvelles villes. UQ prévoit de couvrir 90 % de la population d’ici à 2012. UQ Communications est aussi soutenu par KDDI, l’opérateur mobile n°2 japonais, JR East, le principal opérateur de chemin de fer de l’Est du Japon, Kyocera, Daiwa Securities et la banque Tokyo Mitsubishi.

Lire l’article complet sur : Réseaux et Telecoms…

Mots clés Technorati : ,,

Bien évidemment, la part belle est faite aux outils sur Linux mais avec parfois un portage sur Windows…

A découvrir et voir si cela peut vous convenir.

Les professionnels de l’IT savent que quand les budgets se resserrent, les applications d’administration réseau Open Source sont une excellente alternative. De plus, de nombreux outils Open Source ont évolué afin de pouvoir traiter les environnements d’entreprise, selon les experts….

Découvrir les 9 outils sur : Reseaux et Telecoms…