Recherche
Archives
Informations
147 visites ce jour / 13990 - adresse IP : 54.167.159.180 - système : - navigateur :
Téléchargements

 

DNS C’est parti ! L’Icann, l’organisme qui gère les noms de domaine, et l’opérateur VeriSign ont décidé de mettre les bouchées doubles dans l’implémentation du protocole DNSSEC (DNS Security Extensions) avec, à la clé, une feuille de route précise pour le déploiement sur les serveurs racine. Ensuite, Verisign implémentera ce protocole sur les domaines .com et .net, dont il est responsable.

DNSSEC est un protocole qui, grâce à un système de signature électronique, permet de vérifier l’authenticité de la réponse d’un serveur DNS. Son fonctionnement est hiérarchique. Chaque serveur d’une zone DNS (.fr, .com, inria.fr, etc.) disposera d’une paire de clés de signature à chiffrement asymétrique, appelée Zone Signing Keys (ZSK). L’une des clés est publique, l’autre privée. Cette dernière sert à signer les données DNS que délivre le serveur de zone. Un client DNS qui reçoit une réponse signée d’un de ces serveurs pourra déchiffrer la signature au moyen de la clé publique et vérifier, ainsi, la provenance et l’intégrité des données.

Pour autant, ce système de clés ne permet pas de savoir à 100 % si le serveur lui-même est réellement digne de confiance : un usurpateur pourrait se substituer à lui et diffuser ses propres ZSK. C’est pourquoi les serveurs de zone disposent d’une deuxième paire de clés asymétriques. Appelées Key Signing Keys (KSK), elles servent à signer les ZKS des zones inférieures (01net.com, afnic.fr, etc.), créant ainsi une chaîne de confiance sur l’ensemble des URL. Un navigateur n’obtiendra la confiance d’une zone de niveau n (01net.com), que s’il a obtenu la confiance des zones de niveau supérieur (.com).

Une paire de clés maître pour sécuriser tout l’Internet

La mise en œuvre de DNSSEC est discutée depuis longtemps, mais elle n’est envisagée sérieusement que depuis la découverte d’une grave faille dans le DNS en 2008 qui, justement, faisait apparaître la possibilité d’usurper un serveur DNS et de dévier un trafic Web vers des sites pirates. La grande difficulté dans l’implémentation de DNSSEC est la gestion hiérarchique des clés. Or, l’Icann et VeriSign sont maintenant tombés d’accord sur la manière d’introduire ce protocole au niveau des serveurs racine, afin de créer la base de cette chaîne de confiance.

Ainsi, les ZSK des serveurs racine seront générées et détenues par VeriSign, qui les renouvellera tous les trois mois. Ces ZSK seront signés par une paire de clés maître KSK, qui sera générée et détenue par l’Icann. Toute la sécurité de DNSSEC s’appuiera in fine sur cette fameuse paire de clés KSK, sur laquelle l’organisme veillera comme sur un véritable trésor. Sauvegardée et dupliquée sur deux sites physiques distincts, cette paire est renouvellée tous les deux à cinq ans. Sa gestion – création, activation, signature, renouvellement, sauvegarde, etc. – est répartie sur sept personnes de la communauté Internet qui devront se coordonner. Ainsi, une procédure de génération ou de signature nécessitera la présence physique d’au moins trois d’entre eux. 

Les principes techniques sont décrits dans un document de travail, disponible sur le site du NTIA (National Telecommunications and Information Administration).

Les domaines .com et .et opérationnels d’ici à mars 2011

Côté déploiement, le planning est serré. La génération des premières clés maître KSK se fera en décembre prochain. Le déploiement des clés ZSK sur les 13 serveurs racine se fera dans la foulée, mais de manière progressive, jusqu’en mai ou juin 2010. VeriSign s’attaquera ensuite aux domaines .com et .net. Sur ces deux zones, DNSSEC devrait être opérationnel d’ici à la fin du premier trimestre 2011. L’opérateur va aider les bureaux d’enregistrement dans leur migration vers DNSSEC. Il a également mis en place un laboratoire d’interopérabilité pour tester la conformité des équipements et logiciels réseaux avec ce protocole.

Les .com et .net ne seront pas les premiers domaines à adopter DNSSEC, comme le montre la carte du fournisseur Xelerance. Les .org et .gov ont déjà passé le cap, ainsi que certains domaines de pays (Suède, République tchèque, Bulgarie, Brésil, Porto Rico, Namibie, Thaïlande, Turkmenistan). Pour le .fr, le déploiement de DNSSEC est géré au sein du projet IDSA.

Il faut préciser, toutefois, que ce protocole n’est pas une solution magique. « DNSSEC est une composante importante de la sécurité sur Internet, mais ne résout pas tous les problèmes, explique Ken Silva, directeur technique de VeriSign, dans un communiqué. C’est pourquoi il faut mettre en place d’autres couches de protection, comme l’Extended Validation SSL ou l’authentification à double facteur. »

Lire l’article sur : 01netPro…

Une réponse à to “DNSSEC sur les serveurs racine de l’Internet”

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.