Recherche
Archives
Informations
87 visites ce jour / 14201 - adresse IP : 54.196.127.107 - système : - navigateur :
Téléchargements

Mardi dernier, Tim Berners-Lee, un des pères du Web, défenseur d’un Internet libre et personnage très écouté dans le milieu technologique, était appelé à témoigner devant le jury texan. Grâce au magazine Wired, nous avons connaissance de quelques propos échangés pendant le procès. L’avocate de la défense, Jennifer Doan, lui a notamment demandé s’il avait déposé un brevet quand il a inventé le Web. Sa réponse fut concise : « Non ». Pourquoi non, demanda alors l’avocate. Et Tim Berners-Lee de répondre : « L’Internet était déjà plus ou moins présent. Je m’occupais de l’hypertextualité, et cela faisait un moment que c’était dans l’air. Je travaillais sur des trucs qu’on savait déjà faire… Tout ce que je faisais, c’était de mettre en place des morceaux épars qui existaient depuis des années et dont j’avais besoin. »

Au-delà de la leçon de modestie qu’implique cette réponse, on sent clairement une démarche qui est à l’exact opposé du dépôt de brevets à tous crins.

Le Web est à nous

Et quand Jennifer Doan lui demande à qui appartient alors le Web. Tim Berners-Lee de lui répondre simplement : « Il est à nous. » Royalement servie, l’avocate continue sa démonstration : « Ce Web que nous possédons tous, est-il interactif ? » La réponse vient alors, sourire aux lèvres : « Oui, il est plutôt interactif… » Et comme cette assertion ne suffit pas devant la justice, Tim Berners-Lee a dressé un historique de la naissance d’Internet et du Web. C’est ainsi qu’il évoque le navigateur Viola, dont la première version a été lancée en avril 1992, fruit du travail de Pei-Yuan Wei, étudiant à l’université de Berkeley. « Un étudiant très inventif », selon les propres termes de Tim Berners-Lee, qui dans un esprit de partage proche de celui qui alimente le mouvement des logiciels libres actuellement, communiqua les résultats de son travail. Un travail qui allait inspirer le très « interactif » langage de programmation Java, notamment.
Jennifer Doan a alors présenté à la Cour un échange de mails entre Tim Berners-Lee et Pei-Yan Wei, daté de décembre 1991, et qui explicite tout ce qu’Eolas Technologies brevetait un peu plus de deux ans plus tard, en 1993…
Une justice immanente ?

A l’issue des débats, les jurés se sont isolés pour délibérer. D’un côté, l’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui. Imparfait, mais tellement vivant. De l’autre, un brevet qui pourrait aboutir à ce que chaque personne qui met une vidéo ou même une photo en ligne soit obligée de payer une somme, même minime, à une société dont le seul génie est d’avoir breveté à tout-va des idées, géniales certes, mais que d’autres avaient eues avant.
Les jurés ont tranché : le brevet d’Eolas Technologies est infondé et donc les plaintes pour viol de brevet également. Dans cette salle d’audience, qu’on imagine climatisée, Yahoo!, Google, six autres géants du Web et nous tous avons gagné, cette fois. Le Web reste ce qu’il est, imparfait, mais vivant, jusqu’au prochain assaut.

Lire l’article complet sur : 01net

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.