Recherche
Archives
Informations
87 visites ce jour / 14201 - adresse IP : 54.196.127.107 - système : - navigateur :
Téléchargements

Louis Pouzin - inventeur du concept de datagrammes utilisés dans TCP/IP

Internet va évoluer vers une fédération de réseaux sécurisés où il faudra montrer patte blanche, selon Louis Pouzin – l’un des précurseurs à l’origine d’internet – interviewé par la rédaction de notre confrère CIO-online.com lors des Assises des TIC 2009.

Le nom de Louis Pouzin ne dit pas forcément grand chose aux jeunes usagers d’Internet. Mais cet homme, à l’origine des travaux sur les échanges efficaces de paquets sur les réseaux, a rendu possible le protocole TCP/IP et l’Internet.
Cela ne l’empêche nullement, bien au contraire, de souligner les faiblesses propres à l’architecture actuelle, entièrement entre les seules mains des Etats-Unis ou presque. « Internet est un réseau expérimental depuis plus de trente ans et il l’est resté » juge-t-il. Et il ébauche l’architecture du futur Internet telle qu’elle peut être déjà prévue.
La rédaction de notre confrère CIO-online.com l’a interviewé lors de la plénière du soir du premier jour des Assises des TIC 2009 qui se sont déroulées à Marseille du 24 au 25 juin 2009.
Afin de présenter l’objet de ses travaux, il faut se souvenir qu’il existe deux façons de transporter une information que l’on pourrait qualifier de « méthode du coursier » et de « méthode du postier ». Dans le premier cas, l’ensemble des informations suit une voie définie entre un émetteur et un récepteur. Cette architecture est sûre quand elle marche mais fragile face à des agressions sur les infrastructures ou des pannes techniques. Elle se révèle surtout vite coûteuse puisque les moyens matériels doivent être multipliés.
Le deuxième choix est conceptuellement plus complexe mais se révèle plus rentable : tous les paquets d’informations issus d’un nombre indéfini d’émetteurs à destination d’un nombre autant indéfini de destinataires peuvent utiliser une infrastructure complexe à chemins multiples, choisis au hasard parmi des possibles. Si malgré tout un paquet se perd, le destinataire en demande la réémission à l’émetteur par le même mécanisme. Internet repose sur ce second choix.
Cyclades, la réponse française à l’Arpanet Américain

Louis Pouzin a commencé à travailler sur les réseaux en 1968 lorsqu’il s’est agit d’automatiser la collecte de relevés météorologiques transmis par télégraphe (!!!) à l’ordinateur de Météo France, alors l’un des seuls du pays.
A la même époque, les Etats-Unis travaillent sur les prémices d’Arpanet, le réseau militaire reliant les sites stratégiques et universitaires. La politique française était, à l’époque, volontariste en matière d’informatique. La riposte est donc décidée et, en 1971, Louis Pouzin devient chef de projet de Cyclades, le réseau français équivalent d’Arpanet.

Les premières démonstrations d’Arpanet ont lieu en 1972 et celles de Cyclades en 1974. Mais la différence entre les deux est que seul Cyclades est réellement opérationnel et capable d’échanger des informations entre une multitude de machines contre seulement deux, à cette époque, pour Arpanet. De plus, Arpanet suppose à l’époque d’adapter chaque ordinateur connecté aux normes de son correspondant.
Louis Pouzin fait trois choix stratégiques qui vont tout changer :
– les protocoles réseau seront standards,
– les données transmises seront aux normes ISO,
– le découpage-recomposition des données en paquets sera effectué par les ordinateurs et non plus par les équipements réseau (au contraire d’Arpanet).
Les principes du routage adaptatif (c’est à dire du choix du chemin optimal entre émetteur et destinataire selon l’état des infrastructures) étaient employés depuis longtemps pour la messagerie papier. Ils sont adaptés à l’informatique dans Cyclades puis dans Arpanet.
En 1974, Louis Pouzin publie ses travaux sur les paquets de données sans garantie individuelle de livraison et sans contrôle interne au réseau, les datagrammes. Vinton Cerf se basera sur les travaux de Louis Pouzin pour créer le protocole TCP/IP.
Mais, au final, l’Europe choisira une technologie américaine inadéquate (X25), tandis que les Etats-Unis auront retenu des principes européens pour créer TCP/IP. A cette époque, les transmissions de données relèvent, au delà des expérimentations, des administrations des Postes. En Europe, le choix a été fait et ce n’est pas TCP/IP mais X25 qui est retenu et, en Allemagne, X21. Les deux protocoles sont d’origine américaine.
X25 fonctionne selon le principe du « train de paquets » : tous les paquets d’un même envoi suivent le même chemin et l’un derrière l’autre (et ils sont de même taille). X21, quant à lui, créé un véritable circuit virtuel entre un émetteur et un destinataire, sans qu’il soit question de paquets.
Le Minitel français utilisera d’ailleurs le protocole X25, tout comme les transmissions interbancaires du réseau Carte Bleue. En matière d’innovation, « la solution qui gagne n’est pas nécessairement la meilleure » souligne Louis Pouzin. Pour lui, « il y a trois préalables au succès : la réponse au besoin du marché, l’action militante et une force industrielle ».
En l’occurrence, c’est donc TCP/IP qui a gagné. L’effet secondaire de cet état de fait est un verrouillage d’Internet par les Etats-Unis. Mais ce verrouillage commence à se fissurer.

Les premières démonstrations d’Arpanet ont lieu en 1972 et celles de Cyclades en 1974. Mais la différence entre les deux est que seul Cyclades est réellement opérationnel et capable d’échanger des informations entre une multitude de machines contre seulement deux, à cette époque, pour Arpanet. De plus, Arpanet suppose à l’époque d’adapter chaque ordinateur connecté aux normes de son correspondant.
Louis Pouzin fait trois choix stratégiques qui vont tout changer :
– les protocoles réseau seront standards,
– les données transmises seront aux normes ISO,
– le découpage-recomposition des données en paquets sera effectué par les ordinateurs et non plus par les équipements réseau (au contraire d’Arpanet).
Les principes du routage adaptatif (c’est à dire du choix du chemin optimal entre émetteur et destinataire selon l’état des infrastructures) étaient employés depuis longtemps pour la messagerie papier. Ils sont adaptés à l’informatique dans Cyclades puis dans Arpanet.
En 1974, Louis Pouzin publie ses travaux sur les paquets de données sans garantie individuelle de livraison et sans contrôle interne au réseau, les datagrammes. Vinton Cerf se basera sur les travaux de Louis Pouzin pour créer le protocole TCP/IP.
Mais, au final, l’Europe choisira une technologie américaine inadéquate (X25), tandis que les Etats-Unis auront retenu des principes européens pour créer TCP/IP. A cette époque, les transmissions de données relèvent, au delà des expérimentations, des administrations des Postes. En Europe, le choix a été fait et ce n’est pas TCP/IP mais X25 qui est retenu et, en Allemagne, X21. Les deux protocoles sont d’origine américaine.
X25 fonctionne selon le principe du « train de paquets » : tous les paquets d’un même envoi suivent le même chemin et l’un derrière l’autre (et ils sont de même taille). X21, quant à lui, créé un véritable circuit virtuel entre un émetteur et un destinataire, sans qu’il soit question de paquets.
Le Minitel français utilisera d’ailleurs le protocole X25, tout comme les transmissions interbancaires du réseau Carte Bleue. En matière d’innovation, « la solution qui gagne n’est pas nécessairement la meilleure » souligne Louis Pouzin. Pour lui, « il y a trois préalables au succès : la réponse au besoin du marché, l’action militante et une force industrielle ».
En l’occurrence, c’est donc TCP/IP qui a gagné. L’effet secondaire de cet état de fait est un verrouillage d’Internet par les Etats-Unis. Mais ce verrouillage commence à se fissurer.

Déjà, des consortiums comme le GS1 (à l’origine du système d’identification par code à barres) ou le secteur automobile constituent des serveurs d’identités propres, se créant une sorte d’Internet des objets privé.
Allant plus loin, et essentiellement pour des raisons politiques, des pays comme la Chine et les Emirats Arabes Unis ont en fait constitué une sorte d’intranet national connecté à travers des séries de filtres à Internet. On pourrait également citer, dans cette logique, le réseau libertaire ultracrypté Freenet.
Pour Louis Pouzin, « l’avenir ira probablement à l’encontre de la logique de l’ICANN et du gouvernement américain. Internet deviendra une fédération de réseaux sécurisés où les utilisateurs auront des identifiants propres et où les administrateurs gèreront les droits d’accès avec une grande finesse. Internet sera ainsi sécurisé et cloisonné. Cette architecture du futur a notamment été étudiée par John Day dans son ouvrage Patterns for Network Architecture »
Une interview en vidéo de Louis Pouzin sera bientôt disponible sur CIO-Online.com
Article principal sur les Assises des TIC 2009

A propos de Louis Pouzin

Louis Pouzin est né en 1931. Diplômé de Polytechnique, il a commencé sa carrière en 1953 à la Compagnie Industrielle du Téléphone (CIT), qui devint plus tard une partie du groupe Alcatel. En 1957, il devient responsable du service technique commercial chez Bull. Ce service réalise des prestations d’après-vente et de développement en réponse à des demandes commerciales afin d’éviter de lourds investissements en recherche. Les premiers calculateurs électroniques à cartes perforées arrivent à cette époque, puis la gamme Gamma 60, le premier mainframe français. Bénéficiant d’un congé de longue durée en 1963, Louis Pouzin part aux Etats-Unis travailler au MIT sur le Time Sharing, une forme très primitive de virtualisation. Il est rappelé chez Bull en 1965 pour promouvoir cette technologie. Il commence à travailler sur le projet de Météo France en 1966. Mais l’établissement choisissant du matériel d’un autre constructeur, Louis Pouzin intègre une SSII pour continuer ses travaux (SACS, du groupe Sema). Il devient chef du projet Cyclades en 1971 et publie ses premiers travaux sur les datagrammes en 1974. Louis Pouzin est retraité depuis 1993 et s’occupe désormais de l’association Eurolink qui promeut les usages des cultures et des langues vernaculaires sur Internet

Lire l’article sur : Reseaux-telecoms.net…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.