Recherche
Archives
Informations
6 visites ce jour / 15238 - adresse IP : 54.81.72.117 - système : - navigateur :
Téléchargements

Articles avec le tag ‘virtuel’

Décidemment, la virtualisation est un marché en évolution constante. Reste à savoir si la carte sera compatible avec les nouveaux standards sur l’esquels travaille l’iEEE.

Intel vient de présenter la première carte réseau Ethernet 10 Gigabits possédant deux ports et étant compatible avec la technologie SR-IOV, il s’agit de l’Intel Server Adapter X520-T2.

Mieux partager les ports PCI-Express

Les deux ports permettent, soit de basculer de l’un à l’autre en cas de panne, soit de combiner la bande passante pour profiter d’un réseau Ethernet 20 Gigabits. Utilisant un contrôleur Intel 82599, cette carte se distingue principalement par sa technologie SR-IOV (Single Root I/O Virtualization) qui optimise le partage des ressources PCI-Express par les machines virtualisées en divisant le port en plusieurs interfaces virtuelles. Cela permet d’offrir un accès direct aux ressources physiques, sans avoir à passer par une émulation logicielle.

Réduire les goulots d’étranglement

Enfin, L’Intel X520-T2 intègre la technologie Intel VT-c qui tente de réduire les goulots d’étranglement que peuvent générer les environnements virtuels. On comprend donc qu’Intel tente d’attirer les entreprises en brandissant le drapeau de la virtualisation, très à la mode en ce moment.
Le prix et la disponibilité de la carte n’ont pas encore été annoncés.

lire l’article sur : Tom’s Hardware…

pc-virtuel L’IEEE travaille sur les standards 802.1Qbg et 802.1Qbh afin d’adresser les problèmes liés à la gestion de machines virtuelles dans les centres de données.

Un serveur n’est pas un switch

La virtualisation a pour effet pervers de placer une lourde responsabilité sur les switchs virtuels qui utilisent les ressources des cartes réseaux et des serveurs lames qui doivent maintenant gérer, entre autres, la sécurité du système, les stratégies et droits de chaque groupe et utilisateur et tout ce qui est associé au switching. Le but du standard 802.1Qbg et 802.1Qbh est de replacer cette charge de travail sur un switch Ethernet physique connectant les unités de stockage et les diverses ressources du réseau.
Pour cela, l’IEEE est en train de développer une fonctionnalité appelée VEPA (Virtual Ethernet Port Aggregation), une extension aux switching physiques et virtuels qui permet de réduire le nombre d’éléments ayant besoin d’être géré par un centre de données (configurations, adresses, sécurité, stratégies, etc.)

L’IEEE 802.1Qbg et 802.1Qbh seront nécessaires dans quelques années

Selon ESG Research, une majorité d’entreprises utilisent entre 5 et 10 machines virtuelles par serveur. Néanmoins, d’ici quelques années ce chiffre devrait grimper à 30, ce qui placera une charge de travail énorme sur le switch virtuel qui devra s’occuper des VLAN, des tags QoS, des zones de sécurités, etc. En permettant à l’hyperviseur de déléguer les tâches de switching à un switch physique, on déplace le problème et on permet aux serveurs de réaliser leur travail de base, offrir de la puissance de calcul pour les applications. Si ces deux standards ne sont donc pas très utiles pour le moment, on imagine que le 802.1Qbg et 802.1Qbh vont être indispensables dans les entreprises d’ici quelques années.

Lire l’article sur : Présence PC

… depuis la sortie d’Hyper-V, de nombreux utilisateurs réclament désespérément à Microsoft la prise en charge de la fonctionnalité Teaming, aussi appelée Bonding, à savoir l’agrégation de plusieurs cartes réseaux pour assurer la tolérance de pannes ou bien l’équilibrage de charges. Microsoft répond pourtant à cela dans l’article KB968703 qu’il n’est pas de sa responsabilité d’assurer le support de cette fonctionnalité mais que c’est bel et bien aux fabricants de cartes réseaux de l’implémenter dans leurs drivers.

Intel, qui est un des principaux fabricants de cartes réseaux pour serveurs, vient justement de mettre à jour ses drivers Ethernet PROSet II en version 14.0 pour chipsets PRO/100, PRO/1000 et PRO/10GbE. Bonne nouvelle, grâce à cette mise à jour le Teaming est désormais pris en charge par les machines virtuelles Hyper-V ce qui devrait intéresser de nombreux administrateurs systèmes et réseaux. Ce sont d’ailleurs l’intégralité des fonctionnalités Advanced Networking Services (ANS) d’Intel qui sont maintenant compatibles avec Hyper-V comme l’Adapter Fault Tolerance (AFT), le Switch Fault Tolerance (SFT), l’Adaptive Load Balancing (ALB) ou encore les réseaux virtuels VLAN. Seul le mode Receive Load Balancing (RLB) n’est pas encore supporté.

A noter que ces drivers Intel Ethernet sont aussi bien compatibles avec les serveurs Windows Server 2008 sur lesquels a été installé le composant Hyper-V qu’avec l’hyperviseur autonome Microsoft Hyper-V Server 2008. Si ces drivers SetPoint II 14.0 sont donc particulièrement intéressants pour les professionnels, sachez bien sûr qu’ils sont aussi compatibles avec l’ensemble des cartes réseaux Intel des séries PRO/100, PRO/1000 et PRO/10GbE ainsi qu’avec les systèmes d’exploitation Windows 2000/2003/XP/Vista dans leurs éditions 32 et 64 bit.

Lire l’article complet sur : touslesdrivers.com…

Schéma de fonctionnement de l'architectureCisco, après avoir sorti un commutateur virtuel pour l’architecture VMware, revient maintenant au “hard” en mixant des serveurs virtuels (de VMware) et un commutateur 10Gbit (avec du FCoE : Fiber Channel over Ethernet) pour sortir un produit orienté pour les centres de données.

Avec l’Unified Computer System (UCS) – une armoire informatique qui intègre des commutateurs 10 Gbit SAN/LAN unifiés, des serveurs-lames x86 basés sur les derniers processeurs d’Intel, une couche de virtua­lisation et une console d’administration qui gère étroitement l’ensemble –, Cisco pousse la porte du club des marchands de serveurs-lames pour étendre sa présence dans les centres de données.

Sur l’aspect matériel, l’UCS de Cisco n’a pourtant pas à rougir devant la concurrence. Basés sur les derniers processeurs Intel, ses serveurs devraient rapidement savoir ­exploiter la mémoire des lames voisines, une des fonctions de la plate-forme ­Nehalem. Avec cette évolution, des SGBD pourront être montés en RAM. Inédite jusqu’ici sur serveurs x86, cette prouesse permet aux grands systèmes d’IBM ou de HP d’accélérer les accès d’un facteur 10. L’UCS reprend également la connectique unifiée qui singularise le Nexus 5000, un commutateur dit de convergence lancé l’an dernier par Cisco. Ici, les liens LAN et SAN passent par les mêmes câbles physiques, du 10 Gbit DCE (Data Center Ethernet). Cette convergence, rendue possible grâce à l’implémentation du protocole FCoE dans les commutateurs de l’USC, simplifie les connexions et promet de rendre le centre de données plus modulaire, notamment pour attribuer à un ­serveur un volume qui sera accessible tantôt via un NAS, tantôt en SAN

Lire la suite de cette entrée »

C’est la main dans la main avec VMware que Cisco annonce VN-Link (Virtual Network Link), une technologie de commutateur Ethernet en machine virtuelle qui permet de déplacer des applications sur machine virtuelle d’un serveur physique vers un autre, tout en conservant les accès Ethernet. Cela permet aussi la mise en place de réseaux de stockage virtuels ou VSAN (Virtual Storage Area Networks).
Le premier commutateur Ethernet logiciel de la gamme VN-Link, baptisé Nexus 1000V, a été co-développé avec VMware. Il s’agit d’un produit uniquement logiciel.

En savoir plus sur : Réseaux & Télécoms

Mots clés Technorati : ,,,