Recherche
Archives
Informations
19 visites ce jour / 14227 - adresse IP : 54.198.2.110 - système : - navigateur :
Téléchargements

Articles avec le tag ‘802.11’

wifi-directLe Wi-Fi va bientôt ajouter une corde à son arc. La Wi-Fi Alliance vient en effet d’officialiser le Wi-Fi Direct. Une nouvelle norme qui permettra aux appareils d’établir entre eux une communication sans fil, sans faire appel à une infrastructure réseau et en profitant de tout le potentiel du standard 802.11.

Smartphones, ordinateurs, netbooks, appareils photo et baladeurs sont concernés par ce futur standard qui devra être ratifié par les organismes de standardisation avant d’être adopté par les industriels. Le Wi-Fi Direct marchera sur les plates-bandes du Bluetooth, jusqu’à présent technologie de prédilection pour relier deux appareils entre eux.

Premiers appareils mi-2010

Les premiers produits équipés de cette nouvelle certification pourraient faire leur apparition sur le marché mi-2010. Non seulement, ils pourront dialoguer entre eux, mais aussi avec les équipements existants supportant les actuelles normes Wi-Fi. Et ce, sans avoir besoin de télécharger un quelconque logiciel ou d’effectuer une mise à jour. Les communications pourront s’établir entre deux appareils, voire plus, pouvant échanger simultanément des informations.

Autre avantage, cette nouvelle norme intégrera en natif le WPA2 (Wi-Fi Protected Access), un protocole de sécurisation des réseaux Wi-Fi, créé en réponse aux faiblesses de son prédécesseur le WEP.

« Les appareils électroniques certifiés Wi-Fi Direct auront la même portée et les mêmes taux de transfert de données que les appareils Wi-Fi connectés à une infrastructure réseau », indique la Wi-Fi Alliance dans un communiqué.

Autrement dit, l’arrivée du Wi-Fi Direct pourrait sonner le glas du Bluetooth dont les vitesses de connexion sont inférieures. La norme Wi-Fi 802.11g, la plus répandue actuellement, offre un débit théorique de 54 Mbit/s contre moins de 3 Mbit/s pour le Bluetooth. Mais les partisans de ce standard n’ont pas dit leur dernier mot. Sa prochaine mouture (Bluetooth 3.0) promet de monter à environ 24 Mbit/s, en s’appuyant sur les protocoles radio… du Wi-Fi.

Lire l’article sur : 01net…

Mots clés Technorati : ,,,,,

bluetooth Bluetooth 3.0 a une existence officielle depuis le 21 avril 2009. Le SIG (Special Interest Group), qui regroupe les entreprises chargées de définir cette norme de communication sans fil, a publié les spécifications de la version 3.0 à l’occasion de la conférence « All Hands Meeting », qui se déroule cette semaine à Tokyo.

La principale avancée de Bluetooth 3.0 HS (pour High Speed) concerne le débit, limité à 3 Mbit/s en théorie (environ 2 Mbit/s en pratique) avec la version 2.0. Pour y parvenir, le SIG s’appuie sur ce qui existe déjà. La future norme pourra tirer parti des protocoles radio du 802.11 (Wi-Fi), pour atteindre un débit d’environ 24 Mbit/s.

Pour le reste, notamment la sécurité des échanges et l’appareillage entre les dispositifs, Bluetooth 3.0 s’appuiera sur les dernières spécifications de Bluetooth. Il bénéficiera également d’une meilleure gestion de l’énergie, afin d’épargner la batterie des appareils mobiles, promettent les promoteurs de la norme.

Le Wi-Fi pour les transferts de musique, de vidéo

En pratique, le choix du protocole de transfert (Bluetooth ou Wi-Fi) sera déterminé automatiquement, en fonction du volume de données à transférer entre les équipements appareillés. A condition que les appareils soient équipés d’une puce Wi-Fi, c’est ce protocole qui sera choisi par défaut pour le transfert de musique, de photos, de vidéos, etc.

Le SIG assure que la compatibilité avec les appareils équipés des versions antérieures de Bluetooth sera effective. Les premiers produits estampillés Bluetooth 3.0 sont attendus dans neuf à douze mois, assure le SIG. Ils seront signalés sur le site Bluetooth Gadget Guide.

Lire l’article sur : 01net.com

Mots clés Technorati : ,,,

bluetoothPour l’instant, on sait bien peu de choses sur la future évolution de ce standard de communication sans fil. Même le nom Bluetooth 3.0 n’a rien d’officiel. On sait en revanche que le protocole pourra s’appuyer sur le standard 802.11 (WiFi) pour transférer des fichiers volumineux (de la vidéo par exemple) entre deux appareils et se contenter du débit Bluetooth pour des transferts moins exigeants. Dans tous les cas, la sécurité des connexions sera assurée par le protocole Bluetooth. Le meilleur des deux mondes (sans fil), en quelque sorte.

Lire l’article complet sur : 01net…

Mots clés Technorati : ,,,

wifi-abgn Un article intéressant (dans la suite de l’article et provenant du site ITRmanager.com) sur le wi-fi et sa progression dans l’entreprise dont les propos sont tenus par un grand nom de produit sans fil. En revanche, pour ma part, je modère les propos tenus dans cet article quant à ériger les réseaux sans fil 802.11 en solution évolutive et performante. Si le WiFi a effectivement fait la preuve de son efficacité et de sa sécurité (quand elle est correctement mise en service), cette technologie est néanmoins basée sur une communication partagée. Elle n’est pas du tout comparable avec une communication commutée où chaque partenaire dispose de sa pleine bande passante (si la dorsale du réseau est bien dimensionnée).

Ainsi, remplacer 50 commutateurs de  240 ports chacun par 260 points d’accès wifi avec potentiellement 48 utilisateurs connectés par point d’accès, ne permet pas du tout les mêmes performances réseaux :

  • Dans le cas du sans fil, un utilisateur ne disposera au mieux que d’une bande passante de 4 à 2 Mb/s (si on suppose que 24 à 48 connections utilisent le réseau simultanément sur un débit théorique sans fil de 300Mb/s en 802.11n – mais très peu d’ordinateurs sont équipés de cette technologie) en supposant, en outre, que le signal est au maximum et que les connectés sont tous proches les uns des autres (le débit global du point d’accès sans fil décroit à mesure que la distance avec l’abonné le plus lointain est importante). Il faudra qu’il soit seul sur le point d’accès pour avoir un accès similaire à la version filaire (sachant que les points d’accès sont habituellement raccordés à la dorsale réseau en 100Mb/s au lieu de 1 à 10 Gbit/s pour le filaire)
  • Dans le cas du filaire, un utilisateur pourra disposer de la bande passante maximum allouée par le port (classiquement 100Mb/s) – à condition que la ressource qu’il cherche à accéder est sur le même commutateur. Sinon, la bande passante sera diminué par le nombre simultané d’utilisateurs transitant par la dorsale du réseau (qui devrait être d’un débit 10 à 100 fois supérieur sur un tel réseau)

Pour un réseau ne donnant qu’un accès à Internet, certes la solution sans fil est moins couteuse (en matériel) et apporte un bon service. Mais pour une entreprise avec des besoins d’accès à des serveurs, des bases de données et manipulant des gros fichiers, cela serait une aberration technique

Lire la suite de cette entrée »

 telephone

Un nouveau protocole, qui vient d’être validé comme standard par l’IEEE, le 802.11r, répond partiellement à ces contraintes et devrait permettre une meilleure adoption de la technologie par les entreprises. Il a pour but de réduire les délais de connexion lors du passage d’un point d’accès à un autre (délais de roaming ).

Le 802.11r, sur lequel l’IEEE planche depuis quatre ans, est une couche protocole qui est compatible avec tous les types de réseaux Wi-Fi : a, b, g ou pré-n. Il s’agit, en fait, de raccourcir les délais de roaming, de l’ordre de 100 millisecondes à 50 ms maximum, seuil au delà duquel une coupure est perceptible par l’oreille humaine. « Sans le 802.11r, lorsque l’équipement client passe d’un point à un autre, il doit scanner son environnement et identifier les points d’accès susceptibles de l’accueillir, puis s’authentifier sur le point d’accès et enfin sélectionner le canal d’émission adéquat. Avec le 802.11r, les clients vont automatiquement s’authentifier sur tous les points d’accès disponibles et réserver la bande passante nécessaire à la qualité de service », explique Lionel Barreiro, responsable technique France et pays francophones de Meru Networks France, qui construit des matériels de connexion Wi-Fi. Pour passer à un nouveau point d’accès, il faudra juste que le client identifie automatiquement le bon canal d’émission.

En savoir plus sur : 01net

Photo of Aruba Access Point 85 SeriesAruba Networks annonce sa nouvelle gamme de points d’accès haute-performance et anti-déflagration, dédiée aux environnements industriels et en plein air. Les points d’accès extérieurs AP-85 d’Aruba, visent les applications pétrochimiques, de manipulation de matériaux, de logistique ou encore de système de commande et d’acquisition de données de surveillance (SCADA).

Les nouveaux points d’accès AP-85 à double cœurs radio (802.11abg), particulièrement robustes, offrent un périmètre de couverture plus vaste grâce à une puissance maximale de 200mW (23dBm). Avec un boîtier hermétique (IP68) aux variations climatiques et un label de sécurité ATEX Zone 2, ces points d’accès opèrent au sein d’environnements à risque, dans une fourchette de température de -30 à +55 °C.  Les points d’accès industriels sont généralement montés dans des emplacements hors d’accès physique et à l’abri de tout danger. Pour accélérer les délais d’installation et de maintenance, la gestion, la configuration et les mises à jour des points d’accès sont réalisées via liaison radio et donc à distance. Des diodes, situées derrière le panneau frontal du point d’accès, apportent une information temps-réel sur les flux de données, le signal et l’alimentation électrique, et constituent un moyen simple pour vérifier le statut du signal, de la liaison radio ou du point d’accès.

Lire la suite de cette entrée »