Recherche
Archives
Informations
25 visites ce jour / 13551 - adresse IP : 174.129.187.112 - système : - navigateur :
Téléchargements

Articles avec le tag ‘sans fil’

1. Quelles spécifications, pour quelles performances ?

La prochaine norme pour les réseaux Wi-Fi à très haut débit a pour nom 802.11ac. Elle est en cours de définition à l’IEEE et prévoit l’usage de canaux de communication plus larges, de 80 et 160 MHz (contre 40 MHz pour le 802.11n), ce qui offre des taux de transfert allant jusqu’à 433 Mbit/s par antenne (contre 150 Mbit/s en 802.11n, par antenne). La promesse de la transmission au gigabit/s résulte d’un débit agrégé, issu de la transmission via des antennes multiples, de plusieurs (jusqu’à huit) flux spatiaux simultanés de données (un par antenne), contre quatre flux maximum en 802.11n. Le débit réel sera donc dépendant du nombre d’antennes utilisées de chaque côté de la transmission sans fil (client et borne Wi-Fi). Une connexion individuelle entre un point d’accès multi-antennes et un client doté d’une seule antenne pourra atteindre 433 Mbit/s avec un canal à 80 MHz ou beaucoup plus avec un canal à 160 MHz. Un point d’accès radio 802.11ac pourra émettre simultanément des flux de données à 433 Mbit/s ou 867 Mbit/s chacun, vers plusieurs clients. Lire la suite de cette entrée »

data De plus en plus de personnes utiliseront internet. Aujourd’hui, selon l’Internet World Stats, leur nombre s’élève à 1,7 milliard, à comparer à la population mondiale de 6,7 milliards. La National Science Foundation (NSF) estime qu’en 2020, la planète comptera 5 milliards d’internautes. Ce changement d’échelle posera forcément des problèmes techniques, quelle que soit l’architecture du futur pour le web.

Internet sera de plus en plus dispersé géographiquement car l’essentiel de sa croissance proviendra, durant les 10 prochaines années, des pays en voie de développement. Aujourd’hui, selon l’Internet World Stats, les régions dont le taux de pénétration est le plus bas sont l’Afrique (7%), l’Asie (19%) et le Moyen-Orient (28%), contre 74 % pour l’Amérique du Nord. Le rééquilibrage auquel on va assister se traduira par une présence accrue des jeux de caractères non-ASCII.

Aujourd’hui, internet est essentiellement un réseau reliant 575 millions d’ordinateurs. Durant les années 2010, le nombre d’appareils divers connectés va dépasser celui des ordinateurs. La NSF estime en effet que des milliards de capteurs équipant des bâtiments, ponts, systèmes de sécurité ou compteurs électriques seront reliés au réseau. En 2020, les objets connectés

Lire la suite de cette entrée »

wifi-abgnLe cabinet de conseil ABI Research estime que le gouvernement américain va investir 6,8 milliards de dollars dans l’amélioration des communications sans fil. Dont 1 milliard pour les services et les déploiements du Wifi.

Le plan de relance économique adopté plus tôt dans l’année aux États-Unis sera une véritable aubaine (de 6,8 milliards de dollars) pour le secteur des communications sans fil, estime le cabinet de conseil ABI Research…

Lire l’article complet sur : Reseaux et Telecoms…

Mots clés Technorati : ,,,

wifi-abgn Un article intéressant (dans la suite de l’article et provenant du site ITRmanager.com) sur le wi-fi et sa progression dans l’entreprise dont les propos sont tenus par un grand nom de produit sans fil. En revanche, pour ma part, je modère les propos tenus dans cet article quant à ériger les réseaux sans fil 802.11 en solution évolutive et performante. Si le WiFi a effectivement fait la preuve de son efficacité et de sa sécurité (quand elle est correctement mise en service), cette technologie est néanmoins basée sur une communication partagée. Elle n’est pas du tout comparable avec une communication commutée où chaque partenaire dispose de sa pleine bande passante (si la dorsale du réseau est bien dimensionnée).

Ainsi, remplacer 50 commutateurs de  240 ports chacun par 260 points d’accès wifi avec potentiellement 48 utilisateurs connectés par point d’accès, ne permet pas du tout les mêmes performances réseaux :

  • Dans le cas du sans fil, un utilisateur ne disposera au mieux que d’une bande passante de 4 à 2 Mb/s (si on suppose que 24 à 48 connections utilisent le réseau simultanément sur un débit théorique sans fil de 300Mb/s en 802.11n – mais très peu d’ordinateurs sont équipés de cette technologie) en supposant, en outre, que le signal est au maximum et que les connectés sont tous proches les uns des autres (le débit global du point d’accès sans fil décroit à mesure que la distance avec l’abonné le plus lointain est importante). Il faudra qu’il soit seul sur le point d’accès pour avoir un accès similaire à la version filaire (sachant que les points d’accès sont habituellement raccordés à la dorsale réseau en 100Mb/s au lieu de 1 à 10 Gbit/s pour le filaire)
  • Dans le cas du filaire, un utilisateur pourra disposer de la bande passante maximum allouée par le port (classiquement 100Mb/s) – à condition que la ressource qu’il cherche à accéder est sur le même commutateur. Sinon, la bande passante sera diminué par le nombre simultané d’utilisateurs transitant par la dorsale du réseau (qui devrait être d’un débit 10 à 100 fois supérieur sur un tel réseau)

Pour un réseau ne donnant qu’un accès à Internet, certes la solution sans fil est moins couteuse (en matériel) et apporte un bon service. Mais pour une entreprise avec des besoins d’accès à des serveurs, des bases de données et manipulant des gros fichiers, cela serait une aberration technique

Lire la suite de cette entrée »

Photo of Aruba Access Point 85 SeriesAruba Networks annonce sa nouvelle gamme de points d’accès haute-performance et anti-déflagration, dédiée aux environnements industriels et en plein air. Les points d’accès extérieurs AP-85 d’Aruba, visent les applications pétrochimiques, de manipulation de matériaux, de logistique ou encore de système de commande et d’acquisition de données de surveillance (SCADA).

Les nouveaux points d’accès AP-85 à double cœurs radio (802.11abg), particulièrement robustes, offrent un périmètre de couverture plus vaste grâce à une puissance maximale de 200mW (23dBm). Avec un boîtier hermétique (IP68) aux variations climatiques et un label de sécurité ATEX Zone 2, ces points d’accès opèrent au sein d’environnements à risque, dans une fourchette de température de -30 à +55 °C.  Les points d’accès industriels sont généralement montés dans des emplacements hors d’accès physique et à l’abri de tout danger. Pour accélérer les délais d’installation et de maintenance, la gestion, la configuration et les mises à jour des points d’accès sont réalisées via liaison radio et donc à distance. Des diodes, situées derrière le panneau frontal du point d’accès, apportent une information temps-réel sur les flux de données, le signal et l’alimentation électrique, et constituent un moyen simple pour vérifier le statut du signal, de la liaison radio ou du point d’accès.

Lire la suite de cette entrée »