Recherche
Archives
Informations
72 visites ce jour / 13883 - adresse IP : 54.196.201.241 - système : - navigateur :
Téléchargements

Articles avec le tag ‘wifi’

wifi-abgn Le standard IEEE 802.11n arrive enfin en version définitive. Sept ans après la publication d’une version  brouillon, ce Wi-Fi agrémenté de la lettre n sera officiellement entériné le 11 septembre prochain, à l’occasion du sommet RevCom aux Etats-Unis. Mais rappelons que la quasi-totalité des fabricants de routeurs implémentent déjà ce standard radio depuis deux ans environ !

Avec l’IEEE 802.11n, les connexions sans fil bénéficient d’un débit (tout théorique) de 300 Mbit/s. Pour l’atteindre, le lien radio s’appuie sur la technologie MiMo, qui consiste à multiplier les antennes et à utiliser des techniques de multiplexage radio avancées.

En une dizaine d’années, le Wi-Fi est passé d’un débit théorique de 1 Mbit/s (802.11) à 11 Mbit/s (802.11b) puis 54 Mbit/s (802.11g et 802.11a).

l’IEEE travaille d’ores et déjà sur de nouveaux standards comme le 802.11ac (débit de 1 Gbit/s) et le 802.11ad (fréquence de 60 GHz).

Lire l’article sur : 01 net Pro…

Mots clés Technorati : ,,,,

Merci à Thierry Motte / ETN pour cette information relayée…

wifi-abgn Petit retour sur les techniques d’atténuation du signal d’émission (DFS – Dynamic Frequency Selection)

Les installations d’accès sans fil incluant les réseaux locaux radioélectriques (WAS/RLAN) fonctionnant dans la bande des 5Ghz – incluant donc les bandes 5250-5350 MHz et 5470-5725 MHz – utilisent des techniques d’atténuation telles que celles décrites dans la norme harmonisée EN 301 893 de l’ETSI garantissant au minimum, pour les autres applications autorisées dans la bande concernée, notamment les systèmes de radiolocalisation, un degré de protection identique à celui apporté par la norme harmonisée. Les systèmes d’accès sans fil y compris les réseaux locaux radioélectriques (WAS/RLAN) ne doivent en aucun cas émettre sur des canaux occupés par un autre système, notamment par un système de radiolocalisation utilisé par le Ministère de la Défense. Ces techniques d’atténuation égalisent la probabilité de sélection d’un canal spécifique pour tous les canaux disponibles, afin de garantir, en moyenne, une répartition quasi-uniforme de la charge du spectre.

La Commission a publié une note précisant les conditions de mise en œuvre des versions n° 1.3.1 et 1.4.1 de la norme harmonisée EN 301 893 relative aux équipements radioélectriques (RLAN) opérant dans la bande de fréquence 5GHz / La Directive RTTE

Ainsi, à compter du 1er juillet 2008, ces versions donneront présomption de conformité aux exigences de l’article 3 paragraphe 2 de la directive 199/5/CE sous réserve du respect de la condition supplémentaire suivante : le mécanisme de sélection dynamique de fréquences (DFS) mis en œuvre par les équipements qui émettent dans la bande de fréquences 5600-5650 MHz doit aussi permettre de détecter les radars météorologiques utilisant des intervalles de temps non constants entre les impulsions. Ces derniers sont souvent désignés sous l’appellation fréquences de répétition des impulsions (FRI – en anglais : PRF, Pulse Repetition Frequencies) décalées  ou intercalées, ces FRI pouvant prendre jusqu’à trois valeurs différentes.

À partir du 1er avril 2009,

l’exigence de détection de ces PRF décalées ou intercalées est étendue aux bandes de fréquence 5 250-5 350 MHz et 5 470-5 725 MHz. À partir du 1er avril 2009, l’exigence de détection de ces PRF décalées ou intercalées est étendue aux bandes de fréquence 5 250-5 350 MHz et 5 470-5 725 MHz. À partir de la même date, les équipements qui émettent dans la bande de fréquences 5 600-5 650 MHz doivent également être capables de détecter des durées d’impulsion aussi faibles que 0,8 ?s et réaliser un contrôle de disponibilité de canaux (CAC, Channel Availability Check) pendant 10 min ou une opération équivalente, afin de tenir compte du fait que les radars météorologiques peuvent effectuer des balayages de calibrage du bruit en réception pure. Des méthodes harmonisées d’évaluation des capacités de détection des fréquences de répétition des impulsions (PRF) décalées ou intercalées ont été proposées par l’ETSI dans le projet de norme EN 301 893 version 1.5.1.

En conséquence :

Lire la suite de cette entrée »

isa100 Entre le Bluetooth, le ZigBee, le WirelessHART et … le ISA SP-100.11a, la transmission sans fil dans le monde industriel attire toujours plus de constructeurs et … de solutions!

Point marquant, cette solution est native IPv6 (mais est-ce intéressant vraiment en environnement industriel ?), offre une grande fiabilité de transmission ainsi qu’une excellente comptabilité avec les systèmes qui utilisent des protocoles filaires tels que Fieldbus Foundation, HART, Profibus et Modbus.

Une alternative au choix de la transmission sur réseaux Ethernet filaires et sans-fils avec ces protocoles adaptés tel que Fielbdus H1, Profinet, Modbus-TCP, Ethernet/IP… ?

Yokogawa Electric Corporation is promoting efforts to develop the ISA100.11a wireless communication standard for the process automation industry.
Despite many inherent benefits, wireless networks have seen limited use to date in the process automation industry due to the requirement for advanced technologies to ensure high reliability, real-time response, environmental resistance, and explosion-proof protection, and also because of the use of incompatible wireless communication protocols.
Yokogawa is supporting development of the ISA100.11a standard because it has the following benefits:
– It offers high reliability to ensures safe production operations and information security.
– It is based on IPv6 and can accommodate larger networks.
– It offers excellent compatibility with existing instrumented systems that use non-wireless protocols such as FOUNDATION fieldbus, HART, PROFIBUS, and Modbus.
– It is suitable for a wide range of applications, from monitoring to control.
As a member of the ISA100 Standards Committee on Wireless Systems for Automation, Yokogawa will engage in a wide range of activities to promote development of the ISA100.11a international standard. Yokogawa will develop systems products and field devices that comply with this standard, and plans to release them in the first half of the 2010 fiscal year.
www.yokogawa.com

Lire l’article sur : The Ethernet Book…

wifi-abgnLe cabinet de conseil ABI Research estime que le gouvernement américain va investir 6,8 milliards de dollars dans l’amélioration des communications sans fil. Dont 1 milliard pour les services et les déploiements du Wifi.

Le plan de relance économique adopté plus tôt dans l’année aux États-Unis sera une véritable aubaine (de 6,8 milliards de dollars) pour le secteur des communications sans fil, estime le cabinet de conseil ABI Research…

Lire l’article complet sur : Reseaux et Telecoms…

Mots clés Technorati : ,,,

wigig Dans la course au haut-débit, voici un nouvel acteur avec lequel il faudra peut-être compter : la Wireless Gigabit Alliance. Ce consortium industriel – qui regroupe des firmes prestigieuses comme Intel, Dell, Microsoft ou Nokia – vient d’annoncer sa volonté de définir une nouvelle technologie haut débit sans fil baptisée Wigig (Wireless Gigabit) aux débits « dix fois supérieurs à ceux des réseaux locaux sans fil ». Les premières spécifications devraient être publiées au quatrième trimestre 2009. Le gigabit par les ondes, voilà qui peut faire rêver…

Ce ne sera pas un concurrent pour le Wi-Fi

D’un point de vue technique, le consortium explique que cette nouvelle technologie utilisera la bande de fréquences de 60 GHz et permettra de connecter directement des équipements et des périphériques entre eux, de paire-à-paire. Ces deux caractéristiques montrent d’ores et déjà que cette nouvelle technologie ne sera en aucune manière concurrente du Wi-Fi.

En effet, ce dernier utilise les bandes de fréquences 2,4 GHz et 5 GHz, dispose d’une portée allant jusqu’à plusieurs centaines de mètres (en environnement ouvert) et se caractérise par une architecture relativement centralisée (points d’accès). A l’inverse, le Wireless Gigabit n’aura pas de points d’accès et, compte tenu de la haute fréquence, la portée ne devrait pas dépasser les vingt mètres. Passer un mur sera même difficile. « Tel que présenté par le consortium, le Wireless Gigabit ressemble plus à un successeur du Bluetooth que du Wi-Fi », explique Xavier Seringe, directeur technique de Bluesafe, un intégrateur spécialisé dans les réseaux locaux sans fil.

Vers une nouvelle guerre des standards ?

Quel est le marché cible du Wireless Gigabit ? Le consortium voit large et veut toucher à la fois le grand public et les entreprises, l’objectif étant de « supprimer cet amas de câbles qui encombre les foyers et les bureaux ». Toutefois, il est probable que le Wireless Gigabit va d’abord séduire les particuliers, qui pourront ainsi transférer simplement leurs films et leur musique d’un équipement à un autre. Dans les entreprises, de tels besoins ne sont pas encore très présents. « Par ailleurs, le Wi-Fi ne posera bientôt plus de problème en ce qui concerne le débit, grâce au 802.11n, qui proposera 600Mbit/s », précise Xavier Seringe.

En revanche, on peut se demander si l’on ne va pas assister à une nouvelle guerre des standards. En effet, le Wigig va entrer en concurrence avec une autre technologie, celle du WirelessHD, une autre technologie radio à 60 GHz qui propose 4 Gbit/s sur dix mètres. Quelqu’un est intéressé par un remake de Blu-ray contre HD DVD ?

Lire l’article sur : 01net…

Le Bureau américain des brevets a délivré à Trapeze Networks (NYSE : BDC) deux brevets innovants dans le domaine des réseaux sans fil. Les brevets confortent la position de la société dans le domaine des solutions réseau NonStop Wireless et couvrent des technologies facilitant le déploiement et la gestion des points d’accès, à moindre coût.

« La délivrance de ces deux nouveaux brevets conforte et renforce la position de Trapeze Networks en tant qu’innovateur et Leader dans le domaine des réseaux sans fil, déclare Ahmet Tuncay, directeur du service des technologies. Nous proposons des inventions qui apportent des solutions aux problématiques rencontrées par nos clients, tout en encourageant l’adoption des réseaux sans fil dans le monde entier. », poursuit-il.

Le brevet fondateur exploite les solutions réseau NonStop Wireless

Le brevet américain 7,529,925, intitulé « System and Method for Distributing Keys in a Wireless Network » (Système et méthode de distribution des clés dans un réseau sans fil), est un brevet fondateur concernant les améliorations en termes de performances d’itinérance.

Cette invention couvre les opérations fondamentales de mise en cache des clés PMK (Pairwise Master Key), un moyen de combiner la sécurité et la rapidité de roaming lorsque les clients se déplacent d’un point d’accès à l’autre.

Lire la suite de cette entrée »

wigig Une alliance de plusieurs parmi les plus importantes entreprises de l’électronique et des télécommunications ont annoncé jeudi 7 mai s’être alliée afin de développer la norme sans fil Wireless Gigabit (WiGig). Celle-ci est censée permettre des débits 10 fois plus rapide que le Wifi.

Plusieurs géants de l’électronique et des télécommunications ont annoncé jeudi 7 mai s’être alliés afin de développer et promouvoir la norme sans fil Wireless Gigabit (WiGig), censée offrir des débits 10 fois plus rapides que le Wi-Fi. Cette technologie permettrait notamment de télécharger en quelques secondes des films en Haute Définition.

Des taux de l’ordre du gigabit par seconde
La Wireless Gigabit Alliance regroupe entre autres Intel, Microsoft, LG, Nokia, Samsung, Dell, NEC ou encore Panasonic. La norme plébiscitée par ces grands groupes utilise un spectre de 60 GHz et serait capable de délivrer un taux de transfert de l’ordre du gigabit par seconde, alors que le Wi-Fi offre un débit maximum de 300 Mbit/s en norme 802.11n.

Cette nouvelle technologie sans fil serait particulièrement adaptée au téléchargement de contenu volumineux, comme les vidéos HD, sur des PC, des téléphones portables ou des téléviseurs.

« L’Alliance WiGig va mettre au point une technologie qui aura un impact énorme sur la connectivité et la mobilité, sur les technologies de l’information, sur l’électronique grand public et sur de nombreuses autres applications. » commente Craig Mathias, responsable de la société Farpoint Group.

Lire l’article sur : Réseaux & Telecoms…

Mots clés Technorati : ,,,,,

bluetooth Bluetooth 3.0 a une existence officielle depuis le 21 avril 2009. Le SIG (Special Interest Group), qui regroupe les entreprises chargées de définir cette norme de communication sans fil, a publié les spécifications de la version 3.0 à l’occasion de la conférence « All Hands Meeting », qui se déroule cette semaine à Tokyo.

La principale avancée de Bluetooth 3.0 HS (pour High Speed) concerne le débit, limité à 3 Mbit/s en théorie (environ 2 Mbit/s en pratique) avec la version 2.0. Pour y parvenir, le SIG s’appuie sur ce qui existe déjà. La future norme pourra tirer parti des protocoles radio du 802.11 (Wi-Fi), pour atteindre un débit d’environ 24 Mbit/s.

Pour le reste, notamment la sécurité des échanges et l’appareillage entre les dispositifs, Bluetooth 3.0 s’appuiera sur les dernières spécifications de Bluetooth. Il bénéficiera également d’une meilleure gestion de l’énergie, afin d’épargner la batterie des appareils mobiles, promettent les promoteurs de la norme.

Le Wi-Fi pour les transferts de musique, de vidéo

En pratique, le choix du protocole de transfert (Bluetooth ou Wi-Fi) sera déterminé automatiquement, en fonction du volume de données à transférer entre les équipements appareillés. A condition que les appareils soient équipés d’une puce Wi-Fi, c’est ce protocole qui sera choisi par défaut pour le transfert de musique, de photos, de vidéos, etc.

Le SIG assure que la compatibilité avec les appareils équipés des versions antérieures de Bluetooth sera effective. Les premiers produits estampillés Bluetooth 3.0 sont attendus dans neuf à douze mois, assure le SIG. Ils seront signalés sur le site Bluetooth Gadget Guide.

Lire l’article sur : 01net.com

Mots clés Technorati : ,,,

Petit accès 3G partageable entre amis chez Bouygues Telecom Entreprises Un  outil intéressant pour les “Itinérants” comme moi. Ce boitier (j’utilise un outil similaire lors de mes déplacements) permet de mettre a disposition votre connexion data 3G au travers d’un point d’accès WiFi et de le partager entre plusieurs ordinateurs. L’intérêt de ce boitier par rapport à d’autre est que vous n’avez pas à retirer la carte SIM d’une clé 3G existante – il suffit de plugger celle ci (de marque Huawei pour l’instant) dans le boitier et le tour est joué.

Bouygues Telecom Entreprises propose une borne d’accès 3G portable et partageable via Wifi entre plusieurs utilisateurs.

Bouygues Telecom Entreprises associé au chinois Huawei lance une borne Wifi portable – et donc nomade- permettant de partager un accès 3G.
Cette offre est disponible dans le cadre de l’activité Entreprises de Bouygues Telecom. Huawei est fournisseur de la borne de partage de connexion.
La borne reçoit une clef 3G+ et en partage la bande passante sous forme Wi-Fi entre plusieurs utilisateurs. Ce produit est destiné aux marchés TPE, PME ou Grandes Entreprises au prix de 99 € HT.
Ce module de partage de connexion D100 est compatible avec les clefs Huawei 3G+. Il sera disponible le 13 avril prochain.
Selon Bouygues Telecom, Huawei serait le seul équipementier télécom à fournir ce type de technologie, qui va permettre à tout possesseur de clef 3G+ Huawei d’en partager librement le débit avec les utilisateurs de son choix. Ce module D100, une fois alimenté (alimentation externe fournie), est immédiatement opérationnel.
Bouygues Telecom a identifié de nombreux usages :
– Une entreprise qui expose sur un salon professionnel et qui veut une connexion WiFi de façon temporaire,
– Des chefs de chantiers qui ont besoin d’avoir, sans contrainte, une connexion WiFi pour des PC portables ou des applications métiers,
– Les PME qui souhaitent partager entre plusieurs salariés une connexion WiFi de manière temporaire.

Lire l’article sur : Réseaux & Télécoms

Mots clés Technorati : ,,,,

bluetoothPour l’instant, on sait bien peu de choses sur la future évolution de ce standard de communication sans fil. Même le nom Bluetooth 3.0 n’a rien d’officiel. On sait en revanche que le protocole pourra s’appuyer sur le standard 802.11 (WiFi) pour transférer des fichiers volumineux (de la vidéo par exemple) entre deux appareils et se contenter du débit Bluetooth pour des transferts moins exigeants. Dans tous les cas, la sécurité des connexions sera assurée par le protocole Bluetooth. Le meilleur des deux mondes (sans fil), en quelque sorte.

Lire l’article complet sur : 01net…

Mots clés Technorati : ,,,